On s’est planté. Confidences d’un couple entrepreneur qui s’est cru insubmersible.

Fais ce que tu fais de mieux.

Je m’y attèle. Je crée des jeux et des escape games et voilà que je reprends du service à l’écriture. Ce qu’elle m’a manqué, cette plume. Je suis même un peu intimidée par cette grande page blanche. Je n’ai pourtant pas vraiment cessé d’écrire. J’ai un carnet de notes qui déborde et un livre qui n’attend qu’un éditeur. Mais cette ancienne routine de prendre le clavier à 22 heures pour partager des humeurs sur la toile, celle-là, ça fait un bail que je ne l’ai pas entretenue. Alors voilà qu’enfin, je m’y remets. À l’instinct.

Je me suis posé beaucoup de questions avant de refaire surface par ici. Parler en « je » ou en « nous »? Pour raconter quoi? Qu’avez-vous envie de lire? Qu’est-ce qu’on peut bien avoir d’intéressant à raconter alors qu’on est dans un sale pétrin, psychologique et financier? Comment encore inspirer? Comment donner à d’autres envie d’entreprendre quand un burn out nous a rattrapé, comment parler au nom de nous deux quand l’un de nous est en repos forcé? Comment parler seule au nom du Siroteur? Avec quelle légitimité? Le Siroteur, ce n’est pas moi, c’est nous. Comment vous parler de ralentissement quand on s’y est visiblement mal pris? Comment vous avouer que notre ambition de sobriété heureuse nous a conduits à une précarité involontaire? Comment rester cohérents? Comment rester positifs sans faire l’autruche? La réponse me vient en écrivant et elle tient en un mot: honnêteté.

Je m’apprête à vous faire une confidence. Pas très facile. Et vous sentez venir l’épine: on s’est vautrés.

Les erreurs stratégiques

On a embrassé une vie slow. On pensait qu’on parlait bien anglais et que le slow, c’était le ralentissement. Ralentir le rythme, fuir l’hyper-tout (l’hyperconsommation, les hypermarchés, l’hyperconnection), fuir la frénésie ambiante, qu’on a volontairement reformulée avec le terme « effrénitude ». Freiner des quatre fers et refuser ce monde trop rapide dont on nous gave. Sortir de la course. Sauter du train en marche. Notre réponse universelle à ce saut dans le vide: moins d’argent mais aussi moins de besoins.

C’était un fameux raccourci. Car ce saut nous a plongés dans une situation financière précaire. On a appris à voguer dans les méandres administratifs pour tirer notre épingle du jeu. On s’en est sortis. Mais notre résistance au stress a été éprouvée.

On a fait des erreurs stratégiques. En 2019. Et on les paie aujourd’hui. On s’est crus insubmersibles. On n’est jamais retombés dans les travers de la vitesse. Mais on a oublié d’être vigilants à ceux de l’intensité.

En 2017, on a cumulé un mariage, un bébé et le lancement de notre entreprise. C’était un peu casse-gueule mais on en a rigolé et on a continué sur notre lancée. En 2019, trop confiants, on a remis le couvert avec un deuxième bébé, une saison d’animation et deux éditions de Proust Alors! (dont la deuxième pile un mois après la naissance). Grosse erreur stratégique. Ca commençait à sentir le roussi et on misait sur l’arrivée d’un stagiaire en février 2020 pour amenuiser un peu cette intensité. Nouvelle erreur stratégique. On n’avait pas anticipé l’écolage et le respect de certains horaires que nécessiterait l’accueil d’un stagiaire. C’est donc épuisés et sans perspectives événementielles qu’on s’est confinés avec nos deux petits bouts en mars 2020.

Le confinement des derniers retranchements

Forcés de ralentir. Confrontés au mode de vie qu’on ambitionnait d’atteindre. Forcés de réaliser qu’on s’était plantés. Une fois de plus, c’est l’intensité et non le rythme qui nous a rattrapés. Deux enfants en bas âge, très mauvais dormeurs, aucune perspective économique, aucun moyen de travailler à deux en même temps, de faire une réunion stratégique. Aucun travail mais une pression énorme. La corde qui commence à craquer.

Le couteau à la gorge, on a oublié pendant trois semaines la question du rythme et on a créé un escape game extérieur. Thomas s’est chargé de la plupart des animations durant l’été. Un reconfinement et la fin de saison ont annoncé la fermeture de notre bouée de sauvetage. C’est à ce moment qu’on chope le covid. Thomas s’écroule.

Photo de Matt sur Unsplash


Nous voilà six mois plus tard. Avec toujours très peu de perspectives et de sacrées leçons apprises. Des découvertes sur nous-mêmes, du baume sur des plaies anciennes, du développement personnel, des psys. Des enfants qui grandissent chaque jour un peu, allégeant notre quotidien.

Le tableau n’est pas rose. Je vous l’avais dit: on s’est plantés.

Le tourbillon des leçons

On aurait du mieux saisir la nuance entre ralentir le rythme et avoir une vie plus douce. Plus respectueuse de soi et de la Terre. Car c’est ça qui nous anime au fond.

On aurait du mieux se connaître, chacun mieux jauger notre résistance au stress, à la fatigue, à la vitesse et à l’intensité, mieux connaître nos sensibilités et leurs origines. Surtout, mieux les écouter.

On n’aurait pas du confondre sobriété et précarité.

On aurait du savoir que ce qui nous fait avancer, c’est notre impact sur le monde. Et que l’argent permet de faire naître des projets plus ambitieux et plus impactants. On aurait du anticiper qu’aujourd’hui, notre mission de vie serait à l’étroit, asphyxiée dans notre portefeuille.

On aurait du savoir ce qu’on sait maintenant.

Car maintenant, on peut reconstruire plus durablement, même si ça prend beaucoup de temps. Le Siroteur risque de changer de cap prochainement et les nouveautés à venir seront forcément guidées par les leçons qu’on tire de ce gros tourbillon. On doit encore laisser mûrir nos idées, réaligner nos visions, laisser Thomas reprendre du poil de la bête mais en attendant, une chose est sûre, ce blog va reprendre du service!

Merci de nous avoir lus, laissez-nous vos impressions en commentaires.

Aurélie.

52 réponses sur “On s’est planté. Confidences d’un couple entrepreneur qui s’est cru insubmersible.”

  1. Quelle plume !
    Et quel courage !
    La crise actuelle a tellement rebattu les cartes, changé les paramètres, bouleversé la société de manière profonde jusque dans ses rouages internes les plus structurels… est ce que vraiment vous vous êtes plantés ? Ou est ce que vous vous êtes pris de plein fouet ce grand chamboulement qui impose de tout repenser autrement sans temps de transition ou d’adaptation ?

    Tout mon soutien à Thomas et à toi.
    Une personne n’est pas l’autre et donc un burn out non plus… mais je connais cette épreuve. Je sais qu’elle est rude. On s’en remet, promis.

  2. ♥️ Tout mon soutien et vivement la suite. Aussi impérieuse mais plus douce et confortable 💪🏽

  3. Force et courage à vous. Je pense que chaque entrepreneur passe par des questionnements, des revirements, des erreurs, des mauvaises passes, des gouffres financiers… et encore plus en cette période (Je parle d’expérience). Rebondir, tout le temps, pas le choix… mais ne pas s’entêter. Changer de cap n’a rien de honteux, c’est même une excellente chose, vous êtes certainement sur la bonne voie. Je croise tous les doigts que j’ai pour vous porter chance.
    Bon rétablissement à Thomas et surtout, prenez soins de vous et de votre famille!

  4. Merveilleux texte. De mon point de vue, vous avez tout : le vécu, la sagesse du regard sur celui ci, le courage de le présenter, l’amour et l’envie d’aller de l’avant. Tout ce combo, c’est gagnant !

  5. Quelle belle et puissante écriture. Puissante car c’est bien elle qui bouleverse, plus encore que les événements. Fussent-ils déstabilisants.
    Vous avez gagné en expérience, ne perdez pas vos acquis.
    Chaque jour je ne rêve que d’une chose: ralentir. La génération que vous représentez a montré la voie. Celle que je représente sait l’importance de l’argent, non pour paraître, mais justement pour se libérer. Or il n’y a que peu de passerelles entre ces générations. Chacune fait comme elle peut. Avec ses acquis, son savoir et sa volonté. Mais elles ne se «mélangent » pas.
    Il existe des pistes. Mal défendues, elles restent dans les tiroirs, et pourtant.
    Où en serait votre rêve si les 4 êtres que représentent votre cellule familiale avaient reçu mensuellement, chacun, 800€ à titre de revenu universel ? L’idée a déjà fait le tour du monde et son financement est défendu par de nombreux économistes dont un prix Nobel de l’économie avec sa célèbre micro-taxe. Mais la peur du changement de paradigme est paralysante. Comme beaucoup, je ruine ma vie en essayant de la gagner. Les enfants sont aux études, il faut rembourser les prêts hypothécaires, espérer mettre un peu de côté pour la pension. Bref, on court tout le temps derrière quelque chose. Votre projet d’éloge de la lenteur a gardé tout son sens. Il faut juste y arriver autrement. Courage et bon rétablissement à Thomas.

  6. Merci à toi de t’être découverte aussi honnêtement. C’est émouvant et aussi instructif, notamment par rapport à ce principe de sobriété heureuse si tentante et si difficile à atteindre. Je vous embrasse tous les deux et mets ma main sur vos épaules pour vous accompagner dans vos nouvelles idées!

  7. Quel superbe témoignage poignant par son authenticité.
    Je comprends beaucoup car certaines choses abordées me parlent énormément. Je n’ai pas vécu la même chose mais des faits similaires tout de même.
    Alors oui, prenez le temps et surtout prenez soin de vous.

  8. Merci pour ce partage, c’est un beau cadeau que tu nous fais. La question de l’entrepreneuriat en mode slow, je me la pose aussi beaucoup pour mes projets. Alors c’est une richesse de pouvoir te lire. Beaucoup de courage mais surtout de douceur et de bienveillance pour vous.
    Que l’aventure continue, parce que vos valeurs et vos projets en valent la peine!

  9. Sacré feedback les amis!!! Et merci de le partager!! Grosse différence entre ce que nous avons envie de faire passer comme message, ce qu’on a envie de « jeter » de nos « anciennes vies » de ce que nous avons envie de faire naitre pour demain et ce qui est réalisable sans que nous nous essoufflions…. Mais …mais… j’aime reprendre cette belle citation de Philippe Gabiliet  » la chance? ce n’est pas tant ce qui nous arrive mais ce que nous faisons avec ce qui nous arrive »
    Et si ça peut un peu vous apaiser, aux usa ( je sais c’est pas trop local…:-) ) en tant qu’entrepreneurs , si vous ne vous êtes pas vautrés quelques fois et bien on vous considère comme des amateurs voire des guignols!
    Pour info, le réseau transition ( via Carole Feulien) accompagne les entrepreneurs en transition au niveau coaching, parce que, les gars… changer le monde malgré lui, ce n’est pas une mince affaire!!!! Courage à vous deux!!! on est là si besoin!!! Flo

  10. Bonjour,
    Merci pour votre témoignage. C’est quelque chose la vie d’entrepreneur! Je suis moi-même en création d’entreprise et dans l’impossibilité de démarrer mon activité à cause de la situation sanitaire. Je sais aussi que cette épidémie n’est pas la dernière et qu’il faudra continuellement s’adapter aux circonstances changeantes. Je vous souhaite plein de courage et un bon rétablissement à Thomas. J’espère que les prochaines nouvelles que vous nous communiquerez seront bien meilleures.
    Valérie.

  11. wouaw, quelle profondeur, quelle honnêteté, ce texte. Je vous avoue que j’ai un rêve qui colle un peu au votre, il mûrit depuis 3 ans. J’ai des idées qui me viennent à la pelle. Mais… je n’ai pas encore osé me lancer et lâcher mon job de salariée dans lequel je ne m’épanouis plus, mais qui m’assure de pouvoir continuer à vivre et nourrir mes 2 enfants. Il faut dire que ce satané virus est bien venu mettre le désordre dans nos rêves. Ma famille et moi avons participé à  » Proust 2″, c’était génial, à fond dans mes valeurs pourtant cette époque 2.0 nous rattrape et nous complique la vie. Je vous envoie une pluie d’ondes positives remplies de courage. J’approuve à 100% votre façon de voir le futur et la vie. Accrochez-vous et savourez le bonheur d’avoir des enfants, ils sont nos essentiels, ils nous comblent de bonheur. Cordialement. Gersende

  12. Les anciens disent « il faut être pris pour être appris ». Mais franchement, on s’en passerait bien 😏

    Vous avez fait rêver pas mal de gens avec vos idées ça a fait un bien fou !

    Je vous souhaite full bonheur et plein de pognon pour la suite. Ne serait-ce que pour éviter les tracas engendré par le manque.
    Betchos !

    ( Bon pour : une journée corvée genre refendre du bois ou je ne sais quoi avec le sourire quand l’occasion dmse représentera)

  13. Je lis et j’en veux encore
    Bravo vraiment pour ce chemin qui certainement vous a fait grandir..
    je vous admire vraiment
    Gros bisous à vous 4

  14. De tout cœur avec vous. Soyez fort dans les moments de doutes, vous en sortirez grandit.
    Ne dit on pas que l’on apprend de ses erreurs !
    Félicitations pour votre belle famille.

  15. Bonjour
    Je trouve que c’est aussi difficile de verbaliser nos émotions auprès des autres, que en tête à tête avec nous même. Alors bravo pour avoir réussi à le faire.
    Je ne dirais pas que je suis dans le même cas que vous mais je me reconnais dans votre situation.
    En bref:
    *printemps 2020 grossesse puis fausse couche très difficile
    *juin 2020 mariage avec beaucoup de tensions dans la famille
    *insécurité financière
    *mal-être récurent
    *2021 nouvelle année, nouveaux projets
    Création d’une boutique et ouverture la vieille de ce nouveau confinement
    On est épuisé.

    Que penser de la vie? Est elle juste? Sommes nous réellement capable de faire face à toutes les difficultés qu’elle nous propose? Les bonheurs partent trop vite et les tristesses se suives trop rapidement.
    On aimerait vraiment avoir des enfants et en même temps on est déjà sous l’eau dans nos vies.
    Proche de la nature et de l’énergie universelle, on cherche à comprendre les signes et les messages que l’on nous envoie, mais hier soir j’ai dis « ZUT » ! Je pense que l’on a pas besoin de mériter ce qui nous arrive en bien ou en mal, pour que ça se produise. Il n’y a pas une logique terre à terre derrière tout ça.
    Sinon qu’avons nous fait de si important à 10 ans pour mériter de voir mourir son petit frère, qu’a t’on fait pour voir partir un enfant que l’on a jamais pu tenir dans ses bras?

    Vous avez peut-être commis des erreurs mais je ne pense pas que ce soit complètement lié avec la situation dans laquelle vous vous retrouvé aujourd’hui.
    Je dirais que vous aviez un plan, mais que l’univers vous a fait prendre un des ses fameux chemins de travers.
    A ce qu’il parait c’est pour nous faire grandir et nous apprendre des choses…
    Moué, bin il aurait aussi pu nous le faire passer par écrit.

    Bon courage à vous & à nous tous face à la vie.
    Bisous

  16. Je vous admire. J’admire votre force , votre volonté, l’amour qui vous uni. J’aimerais tant vous aider plus mais…. je le ferai en venant encore à proust c’est ma mini collaboration. Courage à vous, bravo à vous. Continuer à rêver et à faire de vos rèves une réalité.

  17. À fond les manettes
    Doubler les erreurs et vous allez voir le succès , telle un enfant qui apprends à marcher !
    Soyez ambitieux
    Visez grand car pourquoi pas !
    Aimez riez et profitez !

    H

  18. Nous avons eu le plaisir de découvrir l’escape game en septembre 2020…et rien ne laissait penser à un tel sentiment surtout avec la gaité de votre chéri ! Toutes mes ondes positives pour la suite et bravo pour cette totale transparence !! Courage surtout !

  19. Bravo pour votre courage, votre honnêteté, les valeurs que vous défendez…votre lucidité vous aidera à rebondir, j’ en suis certaine, je vous envoie beaucoup de courage et d’ ondes positives…

  20. Bravo pour votre honnêteté, votre courage, votre ténacité. Un merveilleux témoignage inspirant. Et puis surtout courage, garder le cap et l’espoir. Le monde a besoin de personnes comme vous.

  21. Je me pose…: ton petit texte m’ébranle 🥺. Tant par sa sincérité, sa profondeur, que par le miroir que certains termes me renvoient.
    On se plante tous un jour…  « l’important est de se relever, plus forts! ». Facile à dire…. ! sauf qu’il y a tjrs la fatigue… sauf qu’il a tjrs les enfants…. sauf qu’il y a tjrs les sous….
    Et que objectivement, franchement, c’est tout ça AUSSI la vraie priorité…dont on ne nous parle pas assez…et qui ne s’apprend pas à l’école.
    Nous n’en prenons conscience qu’avec l’expérience (l’âge 😊?) et c’est là le véritable enjeu.
    Nos valeurs, nos principes, nos grands théorèmes sont mis au placard. Prenons du recul, posons nos fesses, notre enthousiasme et nos pensées….et estimons ce qui vraiment est «  jouable » (car il faut quand même bien continuer à s’amuser aussi dans la vie 😁)!
    Moi, personnellement, je t’admire pour tout ce que tu es, tout ce que tu fais, tout ce que tu représentes.
    Je suis contente d’avoir pu faire un petit (trop petit) bout de chemin avec toi.
    Je t’embrasse

  22. Waow. C’est tellement inspirant, aussi, des gens qui se trompent. Qui sont imparfaits. Qui cherchent autre chose, tentent, y mettent tout leur coeur, et puis doivent encore réajuster, essayer un chemin un peu différent. Personnellement, pour essayer d’oser me lancer, j’ai toujours cherché des modèles, des personnes qui ont réussi là où je souhaiterais aller, dont la vie est sûrement parfaite, en accord avec leurs valeurs du matin au soir,… Mais de plus en plus je me rends compte que j’ai aussi besoin de voir qu’on PEUT se tromper, qu’on n’en meurt pas, que ce n’est pas un moment agréable, mais qu’on en sort grandi. Mes parents ne m’ont jamais dit qu’on avait le droit de se tromper. Qu’eux aussi parfois se trompaient. J’ai cru que c’était possible d’être parfaite, et donc je me sentais coupable quand je ne parvenais pas à mes objectifs. Alors merci à vous, de raconter votre quête, votre vie, sans détours et sans mensonges. Merci pour votre authenticité, qui transparaissait déjà dans vos projets « réussis » (ben oui, en fait qu’est-ce que ça veut dire, « réussi »?), et qui transparaît maintenant aussi dans vos « échecs » réussis!
    MERCI !
    Petite piste podcast à écouter, qui m’a fait beaucoup de bien récemment : https://tinyurl.com/44ufnvda (interview de Franck Lopvet par Anne Ghesquière)

  23. Merci pour ce témoignage en toute authenticité. Merci pour cet aveu de votre ambition de sobriété heureuse qui vous a amené à une précarité involontaire. Je traverse aussi cette période où malgré le fait que je me sens pleinement animée par ma mission, je me sens malgré tout au bord de ce gouffre de la précarité. Et il ne tient qu’à une faiblesse physique, morale ou autre pour que j’y plonge. Votre article attire mon attention et me dit de rester vigilante car même si nous sommes animés des meilleurs intentions nous restons fragiles. Prenez soin de vous.

  24. Que dire, si ce n’est de s’accrocher à ses rêves… loin d’être facile dans l’ambiance actuelle. La dure réalité est parfois très loin de nos rêves mais bon…

  25. Très joli partage d’expérience de vie et d’entrepreneuriat. On dit souvent tomber vite pour se relever vite et plus fort. C’est donc ce que je vous souhaite pour 2021. Qu’elle soit pleine d’opportunités et renouveau pour vous et pour votre projet.

    Au plaisir de lire le come-back 🙂

    Bonne route

  26. Résilience…. ce mot prend aujourd’hui de plus en plus de place au sein de notre société.
    La première fois que je l’ai entendu, c’était après les attentats de Bruxelles.. Il était utilisé pour saluer le courage des victimes qui continuaient d’y croire et qui faisaient tout pour s’en sortir.

    Aujourd’hui, nous vivons une crise sanitaire qui nous affecte toutes et tous, mais à des niveaux différents.

    Cette crise est un choc traumatique. La résilience est la capacité à surmonter ce choc. Lorsque je vois vos vielles trognes ( dédicace pour Thomas) sur lesquelles un sourire se dessine, je vois la résilience.

    Lorsque je lis ces quelques lignes, j y ressent la résilience… ce combat que votre famille vit… ensemble car c’est ensemble que nous sommes forts 💪

    Votre démarche est inspirante et fait rêver.. moi qui n’ait pas la main verte et pas la possibilité de réaliser mon rêve ou du moins qui n’a pas encore pris conscience de cette possibilité. Vous l’avez fait et le faites encore comme vous le pouvez au vu des circonstances.
    Oui comme vous le pouvez car nous faisons ce que nous pouvons avec nos moyens actuels.

    Je vous félicite pour votre projet et en cas de besoin, en fonction de ce que je peux faire ( apporter de la gnôle par exemple ), je vous aiderai car c’est ensemble que nous sommes plus forts et que résilience est plus sympa à plusieurs 😁😁.

    J espère de tout coeur que vous parviendrez à relever la tête.

    Allez sur ce je vais siroter de l eau car je n ai pas retrouvé le goût 😅.. saloperie de pangolin

  27. Très beau et authentique message. Bravo pour cette introspection courageuse. Tout le monde croit en vous, en Le Siroteur car il est plein de sens et qu’à notre époque c’est tout ce dont nous avons besoin. Prévenez soin de vous et revenez-nous ❤️

  28. Hauts les cœurs ! Merci pour ce témoignage sincère émouvant parce que cela raisonne tellement en nous aussi

  29. Bravo pour votre honnêteté, votre humilité… et le courage d’écrire ceci. C’est beau !
    Allez, zou, maintenant on recommence et on (re)construit avec tout ce quon vient d’apprendre.

    A bientôt les amis !

  30. Hello les copains,
    La vie nous réserve pas mal de tumultes.
    Courage à tous les 2.
    Il nous est parfois obligé de s’aventurer, de vivre certaines choses avant de pouvoir prendre conscience, mieux se connaître, et réadapter sa route.
    Je vous souhaite de meilleurs jours, avec plus de sérénité et de légèreté.
    Je pense bien à vous 4.
    Je vous embrasse
    PS: vous nous avez donné l’espace temps pour ralentir et se poser plus d’une fois. Merci à vous.

  31. Merci pour ce témoignage plein de sincérité. Combien de personnes osent dire qu’elles erreurs ils ont faites ? Bravo et surtout belle reprise en douceur à vous 🙏🌟.

  32. Quelle courage je vous souhaite plein de bonheur dans l avenir et une super activité qui vous épanoui tout les quatre

  33. Coucou les copains,

    Je vous admire depuis longtemps sans vous l’avoir finalement jamais dis…

    Mais cette décision de tout lâcher pour mieux vivre avec vous même , basée sur une rencontre à l’est, c’est beau !

    Et c’était en effet très risqué…

    Je me suis dis, un enfant dans tout ça, puis un deuxième, comment vont ils faire ?

    Égoïstement le bonheur que les petits m’apporte m’as fait oublier votre situation.
    Avec le pweret votre capacité à toujours rebondir m’as rassuré et puis cette satanée situation c’est prolongée…

    Est-ce que vous aviez fait le bon choix ?
    Est-ce que vous aviez suffisamment réfléchi aux risques ?

    Et pourtant malgré ces questions, mon admiration n’as pas baissé, au contraire elle grandit.

    Pourquoi ?
    Tout simplement parce que cette prise de risque je n’ai jamais su la prendre.
    Je suis passé à côté de nombreuses occasions, simplement par peur de ce risque.

    Je pense que votre couple est le ciment de ce culot et c’est ça qui me fait penser que vous arriverez à vous relever une fois encore, plus fort qu’avant malgré les épreuves.

    Votre vie est devant vous, avec deux petits incroyable et un projet devenu votre soudure.

    Le covid en aurait abattu plus d’un dans votre cas, mais vous restez debout malgré tout.

    N’oubliez pas que plier un genou parfois ça permet de faire une super fente (merci Engueran) et de rebondir avec plus de force encore.

    Vos faiblesses sont humaines, mais vos qualités sont le résultat d’une magnifique rencontres la bas en 2012…

    Je vous aime et ne vous remercierez jamais assez de m’avoir accueilli dans votre famille.

    Je suis la pour les coups durs ne l’oubliez pas, mais je suis sûr que tout ira bien pour vous 🙂

  34. Bel article, plein de sincérité. Et que joie de savoir que ce blog va reprendre du service. J’ai hâte de découvrir votre nouveau chemin.

  35. Bonjour, comme je vous comprends… d’abord bravo pour cette belle plume et vos initiatives. Si ça peut vous rassurer… on a fait la même et pour finir on s’en sort pas trop mal même si ce fut douloureux… faillite, perte de la maison avec aussi des enfants qui sont pour finir un vrai moteur et un vrai bonheur. Et pour la petite histoire, certains autres projets ont vu le jour, lentement mais sûrement et d’autres sont en tête et verront peut-être le jour… je vous souhaite plein de courage dans cette période plus difficile. Je suis adepte du « il n’y a pas de problème, que des solutions » et « il n’y a pas d’échec : soit tu apprends, soit tu réussis. Ne vous oubliez pas l’un , l’autre c’est une force merveilleuse de pouvoir être deux. Bonne chance

  36. Tendrement, merci pour ce beau partage. Courage. Puisse la vie vous apporter des réponses, de la patience et un nouvel élan !

  37. Courage et tenez le cap. J’ai personnellement lancé un projet avant le Covid, qui n’a démarré qu’après le premier confinement, pensant que je pourrais faire des salons pour me faire connaître et toucher mon public cible, mais il en a été autrement… je continue mon projet, mais il est au ralenti et j’ai dû reprendre un travail d’intérim pour joindre les 2 bouts. Rien de déshonorant, pas tout à fait en adéquation avec les valeurs de mon projet, mais bon… il faut aussi vivre et nourrir sa famille.
    Alors, je vous souhaite de tenir de coup, d’apprendre de vos erreurs et de vous relever.
    J’habite Namur et si je peux parler de vous, si vous fabriquez ou proposez des services, je peux en parler sur mon e-shop.
    COURAGE 😃 🍀🌱

  38. Merci pour ce témoignage. J’accompagne depuis 2 mois un couple porteur de projet qui s’inscrit dans une démarche de partage, de solidarité, de dvpmt durable. Aujourd’hui, je les ai trouvé fatigués, tracassés, en perte d’énergie. Leur projet est fantastique mais très ambitieux et ils ils constatent doucement que leur seule motivation ne suffit plus pour avancer. Que tout réaliser à moindre coût en espérant que d’autres vont leur venir en aide parce qu’ils partagent les mêmes valeurs citoyennes n’est peut être pas la bonne stratégie. Votre témoignage me conforte dans les recommandations que je leur ai donné mais, bien qu’ils les entendent, je ne suis pas sûr qu’ils sont prêts à changer. Je vais continuer à les sensibiliser et votre témoignage va me donner les mots pour le faire. Bonne route

  39. Un article prenant, un bilan réaliste mais surtout déjà une vision pour la suite.

    Chaque ligne de cet article m’a fait revivre des sentiments, des expériences, des situations d’une vie antérieure. Cette vie où nous aussi nous étions des entrepreneurs invincibles, pour qui tout devait fonctionner, convaincu que la seule force de la volonté et du travail assurerait le succès et l’accès à une forme de vie alternative.

    Mais la vie nous a rattrapé, toute les décisions que l’on a prises n’ont eu en fin de compte aucun impact, le sort de nos projets était déjà décider a l’avance. L’avance …. Le futur, cette connaissance qui nous aurait permis de mettre Paris en bouteille vingt fois et peut être de changer la triste conclusion de notre histoire.

    Accepter a été dur, revenir a la normal a été salissant. On a du se résigner a marcher de nouveau à contre cœur car à contre courant cela ne nous était plus permis.

    Dans ces moments sombres, nous avons eu de la chance. Le soutient de nos proches, la présences de nos amis nous ont aidé à avancer. Le temps nous à permis d’accepter et maintenant, la roue tourne de nouveau. Après une hibernation mentale d’un an et demi, ce coquin de destin a décidé de nous rendre tout ce qu’il nous a pris : des projets, un avenir, nos rêves, notre raison d’être.

    Le Siroteur n’est pas mort et j’ai foi en son adaptation pour le futur. Nous avons admiré de vous voir vous investir dans un projet aussi ambitieux. Nous avons adoré le Proust Alors et juré d’y retourner plus longtemps encore à la prochaine édition. Nous avons respiré quand, en milieu de pandémie, vous nous avez offert un escape game extérieur entre amis.

    Prenez le temps de vous guérir. Valorisez les personnes que vous êtes devenus grâce a cette expérience, elles sont la clef de votre futur. Nous attendons avec impatience des invitations pour vos nouveaux événements.

    En attendant on peut toujours se boire une bière aussi hein !

  40. Félicitations pour votre honnêteté dans notre monde qui accepte très peu les gens qui chopent sur les pierres de la vie. Je suis passé par un chemin de même catégorie que le vôtre. Et donc si je peux vous être d’une quelconque aide, ce serait avec plaisir.
    Luc

  41. Persistez à mettre en œuvre vos plus beaux rêves, l’impact sur le monde est puissant lorsqu’il qu’il rayonne naturellement de personnes qui savent s’aimer et dès lors aimer les autres.
    L’amour se cultive et la vie se déroule. Meilleur succès.

  42. Hello vous deux, je dit vous deux car vous êtes un beaux couple.
    Le monde est très dure, se qui vous arrive est très dure, les épreuves de la vie, et quand je dit épreuve, je connais.
    Vous-avez une richesse, celle de pouvoir rebondir, vous en êtes capable.
    Ne j’amai regardé derrière soi, l’horizon est beaux, à partir du moment ou on lui porte les yeux pour qu’il le soi.
    vos enfants son votre force. Leurs innocence votre bouffée d’oxygène.
    J’ai entièrement confiance en vos capacités à rebondir, deux mot pour terminé, confiance et horizon,
    A bientôt pour de nouvelles avantures mais enfants et petits enfants.
    Luc Longatte.

  43. Bonjour, je ne vous connais pas. Seulement je découvre votre article. Et il me touche très très fort. Personnellement, je souhaite aussi vivre plus doucement et lentement. Je sais que c’est la clé à notre survie mentale et physique ; pour nous et nos enfants. J’ai deux garçons de 6 et 10 ans à qui je souhaite offrir une autre image de la´ vie professionnelle que celle suivie jusqu’à présent ; vide de sens et épuisante. Sauf à peu près bien payée… c’est de zéro que je repars aussi vers l’enseignement. Je n’ai pas encore de projet ficelé. Pour des raisons financières je retourne dans un job alimentaire…au risque de m’épuiser à nouveau. Je comprends, à vous lire et pour l’expérimenter moi-même, combien il nous en faut du courage pour garder la tête sur les épaules et changer nos habitudes et nos besoins. Merci de vous exprimer, vos mots m’incitent à continuer et ne plus retomber dans un moule qui ne me conviendra pas à termes…. Je vous souhaite beaucoup de courage et de repos encore. Ne vous oubliez pas. À bientôt peut-être. Autour d’un jeu ? ;0)) Isabelle

  44. Très belle, juste et courageuse confession ! Vautrés non, juste une tendance à trébucher… Maintenant, plus jamais le physique de Thomas ne vous laissera trop exagérer, prenez le comme une chance ! Même si, ce n’est pas simple a vivre au quotidien quand on a eu une vie si intense…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.